Page:Lamare - Histoire de la ville de Saint-Brieuc.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de général de brigade. Appelé, en 1795, au commandement des Côtes-du-Nord, il vint camper au Tertre-Buette pour couvrir Saint-Brieuc et préserva cette ville des chouans et des Anglais. Il s’y établit après avoir été mis en disponibilité, de 1796 à 1800. Il fut appelé à représenter le département au Corps législatif en l’an x, et servit avec distinction en Allemagne et surtout en l’Espagne. En 1811, il livra un combat aux Espagnols sur la route de Miranda et les défit complètement ; il mit aussi en déroute un corps de 7,000 hommes à Pirelo, et mourut devant Astorga.

Boullé, Jean-Pierre, né à Auray en 1753, fut, avant la Révolution, avocat estimé et membre du corps municipal à Pontivy. Élu par ses concitoyens député à la Constituante, maire de Pontivy et administrateur du département, il fut emprisonné quelque temps avant le 9 thermidor. Après la chute de Robespierre, il fut nommé procureur-général syndic du Morbihan et, sous le Directoire, député aux Cinq-Cents. Préfet des Côtes-du-Nord, de 1800 à 1814, il eut à surmonter de nombreuses difficultés pour organiser l’administration et s’occupa sérieusement des affaires. Envoyé dans la Vendée pendant les Cent-Jours, il ne fit qu’y passer et revint s’établir au Vaumeno, en Saint-Brieuc. Sa carrière politique a donc fini avec l’Empire, bien qu’il ne soit mort que le 13 juin 1816.

En dehors des hommes appelés aux affaires administratives, il en est peu qui aient brillé, pendant cette période, dans les lettres, les sciences ou les arts. Nous ne devons pas oublier cependant l’horticulteur Catros et le graveur Julien Jouannin, morts vers la fin de l’Empire.

Catros Toussaint, naquit à Saint-Brieuc, le 20 mai 1757, d’une famille de laboureurs et de jardiniers. Après avoir été employé à Paris aux pépinières royales, il fut nommé directeur de la pépinière de Bordeaux. Dépouillé de cet emploi par la Révolution, il fonda prés de Bordeaux un vaste établissement d’horticulture et se fit connaître avantageusement, en 1810, par son Traité raisonné des arbres fruitiers. On ne connaît pas exactement la date de sa mort.