Page:Lamare - Histoire de la ville de Saint-Brieuc.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





CHAPITRE II


DU XIe À LA FIN DU XIIIe SIÈCLE.


————


I. xie siècle. — Le comté de Penthièvre et le fief épiscopal. — L’évêque Adam. — Le concile de 1080. — xiie siècle. — L’évêque Jean.— Les reliques de saint Brieuc à Saint-Serge d’Angers. — xiiie siècle. — L’évêque Pierre et la translation des reliques de saint Brieuc. — II. Saint Guillaume. — Ses luttes et son exil. — La cathédrale. — III. L’évêque Philippe. — Enquête royale à Saint-Brieuc. — La canonisation de saint Guillaume.

I. — DU XIe AU XIIIe SIÈCLE.


La renaissance du xie siècle se fit sentir en Bretagne. — Nous n’en parlerons qu’au point de vue de l’organisation des pouvoirs. — Jusqu’alors il n’y avait eu que des fiefs à peu près indépendants ; désormais il se forma des principautés féodales, qui donnèrent l’idée d’une hiérarchie et par suite d’une organisation sociale.

La ville de Saint-Brieuc vit s’établir près d’elle, à cette époque, un grand fief avec lequel ses évêques eurent des relations suivies jusqu’à la fin du xviiie siècle : c’était le comté de Penthièvre. Eudon, l’un des petits-fils du duc Conan, en fut le fondateur. Après avoir longtemps guerroyé contre son frère et son neveu, tous les deux ducs de Bretagne, il obtint pour sa part d’héritage, par force ou par transaction, le littoral du comté de Rennes jusqu’au Gouët. Il eut un établissement important à Lamballe, la plus ancienne ville du Penthièvre, peut-être même à la tour de Cesson. Cette hypothèse, formulée par les auteurs