Page:Lamare - Histoire de la ville de Saint-Brieuc.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et en nature. Les archives de Saint-Brieuc mentionnent, en effet, un ordre envoyé par Mercœur pour ravitailler la garnison de la tour de Cesson, dans cette même année 1595.

On a quelquefois accusé les bourgeois de Saint-Brieuc d’avoir crié, suivant les circonstances : Vive le Roi ! vive la Ligue ! Le récit impartial des faits prouve qu’ils ont eu beaucoup à se plaindre des deux partis, peut-être un peu plus des ligueurs, parce qu’ils les ont eus plus longtemps pour voisins. D’ailleurs, la foi religieuse n’agissait pas sur eux, en faveur de la Ligue, comme dans certaines provinces, puisque presque tous les royalistes étaient catholiques en Bretagne, aussi bien que les Ligueurs. On comprend donc, surtout après la conversion de Henri IV, que les pacifiques bourgeois de Saint-Brieuc se soient peu intéressés aux projets politiques de Mercœur. Le clergé de la ville épiscopale lui-même commençait à penser comme les bourgeois ; aussi, dès qu’on apprit que le pape avait absous Henri IV, on fit, le 29 décembre, une procession générale pour célébrer cet événement, qui semblait promettre la fin de la guerre civile.

L’évêque Nicolas Langelier n’avait pas eu à se séparer de Mercœur : il était mort à Dinan, le 24 septembre. Suivant son désir, son corps fut apporté à Saint-Brieuc et inhumé au milieu du chœur de la cathédrale[1]. Après lui, l’évêché resta vacant pendant plus de cinq ans.

Au lieu de la paix à laquelle tout le monde aspirait en Bretagne, on n’eut qu’une trêve. De tous les chefs ligueurs,

  1. Nicolas Langelier a expliqué sa conduite dans un livre intitulé : « Escript de l’évesque de Sainct-Brieu contenant les raisons qui l’ont retenu en l’union des catholiques contre la partialité des hérétiques et schismatiques, leurs associez et fauteurs. A Monsieur, Monsieur levesque du Mans, par N. L. E. d. S. B. (Nicolas Langelier, évêque de Saint-Brieuc). — Dinan, Aubinière, 1593. » — Ce livre, qui a fait partie de la bibliothèque Odorici, vendue en 1882, avait été signalé dans les notes manuscrites de Ruffelet, d’après Du Pas : « Nicolas L’angelier éveque de St Brieu est auteur d’un livre imprimé à Dinan en 1593, dédié à reverend pere en Dieu Claude d’Agennes évêque du Mans. Il y detail les raisons pourquoi il avoit pris le parti de la ligue. »