Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
143
MÉDITATIONS POÉTIQUES.

ONZIÈME

MÉDITATION



LE LIS DU GOLFE DE SANTA RESTITUTA


DANS L’ÎLE D’ISCHIA




1842


Des pêcheurs, un matin, virent un corps de femme
Que la vague nocturne au bord avait roulé ;
Même à travers la mort sa beauté touchait l’âme.
Ces fleurs, depuis ce jour, naissent près de la lame

Du sable qu’elle avait foulé.

D’où venait cependant cette vierge inconnue
Demander une tombe aux pauvres matelots ?
Nulle nef en péril sur ces mers n’était vue ;
Nulle bague à ses doigts : elle était morte et nue,

Sans autre robe que les flots.