Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VINGT-NEUVIÈME

MÉDITATION



HYMNE AU SOLEIL




1825


Vous avez pris pitié de sa longue douleur ;
Vous me rendez le jour, Dieu que l’amour implore !
Déjà mon front, couvert d’une molle pâleur,
Des teintes de la vie à ses yeux se colore ;
Déjà dans tout mon être une douce chaleur
Circule avec mon sang, remonte dans mon cœur :

Je renais pour aimer encore !