Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TRENTE-TROISIÈME

MÉDITATION



LE CHRÉTIEN MOURANT




Qu’entends-je ? autour de moi l’airain sacré résonne !
Quelle foule pieuse en pleurant m’environne ?
Pour qui ce chant funèbre et ce pâle flambeau ?
Ô mort ! est-ce ta voix qui frappe mon oreille
Pour la dernière fois ? Hé quoi ! je me réveille

Sur le bord du tombeau !

Ô toi, d’un feu divin précieuse étincelle,
De ce corps périssable habitante immortelle,