Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
282
MÉDITATIONS

À son gré descendant ou remontant leur cours,
Elle sonne aux tombeaux l’heure, l’heure fatale,

Où sur sa lyre virginale

Chante au monde vieilli ce jour, père des jours.



Écoutez ! — Jéhovah s’élance
Du sein de son éternité.

Le chaos endormi s’éveille en sa présence ;
Sa vertu le féconde, et sa toute-puissance

Repose sur l’immensité.


Dieu dit, et le jour fut ; Dieu dit, et les étoiles
De la nuit éternelle éclaircirent les voiles ;

Tous les éléments divers
À sa voix se séparèrent ;
Les eaux soudain s’écoulèrent
Dans le lit creusé des mers ;
Les montagnes s’élevèrent,
Et les aquilons volèrent
Dans les libres champs des airs.


Sept fois de Jéhovah la parole féconde

Se fit entendre au monde,

Et sept fois le néant à sa voix répondit ;
Et Dieu dit : Faisons l’homme à ma vivante image.

    Hébreux. Jusqu’à présent nous ne connaissions que le sens des livres de Job, d’Isaïe, de David ; grâce à lui, l’expression, la couleur, le mouvement, l’énergie, vivent aujourd’hui dans notre langue. Ce dithyrambe est un témoignage de la reconnaissance de l’auteur pour la manière nouvelle dont M. de Genoude lui a fait envisager la poésie sacrée.