Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
329
POÉTIQUES.


Sous ce ciel où la vie, où le bonheur abonde,
Sur ces rives que l’œil se plaît à parcourir,
Nous avons respiré cet air d’un autre monde,
Élise !… Et cependant on dit qu’il faut mourir !