Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TROISIÈME

MÉDITATION



SAPHO




ÉLÉGIE ANTIQUE


L’aurore se levait, la mer battait la plage.
Ainsi parla Sapho debout sur le rivage ;
Et près d’elle, à genoux, les filles de Lesbos
Se penchaient sur l’abîme et contemplaient les flots :

Fatal rocher, profond abîme,
Je vous aborde sans effroi !

Vous allez à Vénus dérober sa victime :
J’ai méconnu l’Amour, l’Amour punit mon crime.
Ô Neptune, tes flots seront plus doux pour moi !