Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
353
MÉDITATIONS POÉTIQUES.


Bientôt… Mais de la Mort la main lourde et muette
Vient de toucher la corde ; elle se brise, et jette
Un son plaintif et sourd dans le vague des airs.
Mon luth glacé se tait… Ami, prenez le vôtre ;
Et que mon âme encor passe d’un monde à l’autre,

Au bruit de vos sacrés concerts !