Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VINGT-DEUXIÈME

MÉDITATION



LE CRUCIFIX




Toi que j’ai recueilli sur sa bouche expirante
Avec son dernier souffle et son dernier adieu,
Symbole deux fois saint, don d’une main mourante,

Image de mon Dieu ;


Que de pleurs ont coulé sur tes pieds que j’adore,
Depuis l’heure sacrée où, du sein d’un martyr,
Dans mes tremblantes mains tu passas, tiède encore

De son dernier soupir !