Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
468
MÉDITATIONS


Viens guider mes pas vers la tombe
Où ton rayon s’est abaissé.
Où chaque soir mon genou tombe
Sur un saint nom presque effacé.
Mais quoi ! la pierre le repousse !…
J’entends… oui, des pas sur la mousse !
Un léger souffle a murmuré ;
Mon œil se trouble, je chancelle.
Non, non, ce n’est plus toi, c’est elle
Dont le regard m’a pénétré.

Est-ce bien toi, toi qui t’inclines
Sur celui qui fut ton amant ?
Parle : que tes lèvres divines
Prononcent un mot seulement ;
Ce mot que murmurait ta bouche
Quand, planant sur ta sombre couche,
La mort interrompit ta voix.
Sa bouche commence… Ah ! j’achève :
Oui, c’est toi ; ce n’est point un rêve :
Anges du ciel, je la revois !…

Ainsi donc l’ardente prière
Perce le ciel et les enfers ;
Ton âme a franchi la barrière
Qui sépare deux univers.
Béni soit le Dieu qui l’envoie !
Sa grâce a permis que je voie
Ce que mes yeux cherchaient toujours.
Que veux-tu ? faut-il que je meure ?
Tiens, je te donne pour cette heure
Toutes les heures de mes jours.