Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/475

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
473
POÉTIQUES.

Et le couvre à demi :

Telle, pour sommeiller, la blanche tourterelle
Courbe son cou d’albâtre, et ramène son aile

Sur son œil endormi.


Le doux gémissement de son sein qui respire
Se mêle au bruit plaintif de l’onde, qui soupire

À flots harmonieux ;

Et l’ombre de ses cils, que le zéphyr soulève,
Flotte légèrement comme l’ombre d’un rêve

Qui passe sur ses yeux.






Que ton sommeil est doux, ô vierge, ô ma colombe !
Comme d’un cours égal ton sein monte et retombe

Avec un long soupir !

Deux vagues que blanchit le rayon de la lune,
D’un mouvement moins doux viennent l’une après l’une

Murmurer ou mourir !






Laisse-moi respirer sur ces lèvres vermeilles
Ce souffle parfumé… Qu’ai-je fait ? tu t’éveilles.

L’azur voilé des cieux

Vient chercher doucement ta timide paupière ;
Mais toi… ton doux regard, en voyant la lumière,

N’a cherché que mes yeux.