Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/484

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


COMMENTAIRE


DE LA VINGT-QUATRIÈME MÉDITATION




Cette Méditation fut écrite encore dans l’été de 1820, à Ischia. C’est un Cantique des cantiques, mais avec des notes moins pénétrantes et des couleurs moins orientales que le chant nuptial de Salomon. C’est un défi à la poésie, qui n’a jamais su exprimer le bonheur comme elle exprime la douleur, sans doute parce que le bonheur est un secret que Dieu a réservé au ciel ; et que l’homme, au contraire, connaît la douleur dans toute son intensité.