Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/485

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


VINGT-CINQUIÈME

MÉDITATION



IMPROVISÉE À LA GRANDE-CHARTREUSE




Jéhovah de la terre a consacré les cimes ;
Elles sont de ses pas le divin marchepied ;
C’est là qu’environné de ses foudres sublimes

Il vole, il descend, il s’assied.


Sina, l’Olympe même, en conservent la trace :
L’Oreb, en tressaillant, s’inclina sous ses pas ;
Thor entendit sa voix, Gelboé vit sa face ;

Golgotha pleure son trépas.