Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
498
MÉDITATIONS POÉTIQUES.


Que t’importe en quel caractère
Le nom du Seigneur est écrit,
Pourvu qu’il soit lu sur la terre,
Et qu’il remplisse tout esprit ?

Quand Jésus gravait sa pensée
Sur le sable avec un roseau,
Pleurait-il la lettre effacée
Sous l’aile ou les pieds de l’oiseau ?

Quand l’Agneau victime du monde,
Dont la laine a fait tes habits,
Aux flancs des collines sans onde
Paissait lui-même ses brebis,

Loin des piscines de son Père,
Il n’écartait pas de la main
La pauvre brebis étrangère
Broutant aux ronces du chemin.

Et quand il glanait en exemple
L’épi laissé dans le buisson,
Et portait tout petit, au temple,
Les prémices de sa moisson,

Ne liait-il pas dans sa gerbe,
Pour l’offrir au Père commun,
Des brins verdoyants de toute herbe
Et des plantes de tout parfum ?