Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/507

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DEUXIÈME

MÉDITATION



SULTAN, LE CHEVAL ARABE




À M. DE CHAMPEAUX
1838


Le soleil du désert ne luit plus sur ta lame,
Ô mon large yatagan plus poli qu’un miroir,
Où Kaïdha mirait son visage de femme,
Comme un rayon sortant des ombres d’un ciel noir ?

Tu pends par la poignée au pilier d’une tente,
Avec mon narghilé, ma selle, et mon fusil ;
Et, semblable à mon cœur qui s’use dans l’attente,
La rouille et le repos te dévorent le fil !