Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/525

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SIXIÈME

MÉDITATION



SUR UN DON


DE LA DUCHESSE D’ANGOULÊME [1]


AUX INDIGENTS DE PARIS, EN 1841




Pour me précipiter de plus haut dans l’abîme,
Le sort mit mon berceau sur les genoux des rois.
La couronne à mon temps me marqua pour victime ;
L’orage de mon front la fit tomber deux fois.

  1. Madame la duchesse d’Angoulême avait envoyé, de l’exil, un don pour les indigents, à madame Sophie Gay.