Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/526

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
524
MÉDITATIONS POÉTIQUES.


Le bourreau me jeta le bandeau de ma mère
De mes ans dans l’exil je vécus la moitié ;
Mon diadème fut une ironie amère,
Reine ici, reine là, mais par droit de pitié.

J’accepte ! Mais le ciel en prenant mon royaume,
Comme pour ajouter un contraste moqueur,
Me fit une fortune à l’image du chaume,
Et ne me laisse rien de royal que le cœur,

Ce cœur qu’il fait aux rois dans sa magnificence,
Où s’élève exaucé le vœu du suppliant,
Qui croit, même impuissant, à sa toute-puissance ;
Qui s’ouvre comme un temple au doigt d’un mendiant.

De si loin qu’un malheur me jette une parole,
J’étends comme autrefois mon bras vers mon trésor ;
J’ouvre ma main royale, il en tombe une obole !…
Mais on voit mon empreinte, et l’on dit : « C’est de l’or ! »