Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/527

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SEPTIÈME

MÉDITATION



L’IDÉAL




SUR UNE PAGE REPRÉSENTANT DES GÉNIES ENFANTS
1827


Hôtes des jeunes cœurs, beaux enfants des Génies,
Allez jouer plus loin, allez sourire ailleurs !
Les cordes de ma voix n’ont plus pour harmonies

Que des tristesses et des pleurs.


Chers anges du matin éclos dans les rosées,
Nos lèvres d’homme, hélas ! pour vous n’ont plus de miel ;
Et vos ailes d’azur, de larmes arrosées,

Ne nous porteraient plus au ciel.