Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/531

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NEUVIÈME

MÉDITATION



À UNE JEUNE FILLE


QUI AVAIT RACONTÉ UN RÊVE




1847


Un baiser sur mon front ! un baiser, même en rêve !
Mais de mon front pensif le frais baiser s’enfuit ;
Mais de mes jours taris l’été n’a plus de séve ;
Mais l’Aurore jamais n’embrassera la Nuit.

Elle rêvait sans doute aussi que son haleine
Me rendait les climats de mes jeunes saisons,
Que la neige fondait sur une tête humaine,
Et que la fleur de l’âme avait deux floraisons.