Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/530

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
528
MÉDITATIONS POÉTIQUES.


Mais aujourd’hui je sens que ma bouche prononce
Le mot qui contient tout, puisqu’il est plein de toi ;
Qui tombe dans l’abîme, et qui n’a pour réponse
Que l’éternel silence entre une image et moi !…

Et cependant mon cœur redit à chaque haleine
Ce mot qu’un sourd sanglot entrecoupe au milieu,
Comme si tous les sons dont la nature est pleine
N’avaient pour sens unique, hélas ! qu’un grand adieu !