Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/537

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DOUZIÈME

MÉDITATION



LES FLEURS SUR L’AUTEL




Ischia, 1846.


Quand sous la majesté du Maître qu’elle adore
L’âme humaine a besoin de se fondre d’amour,
Comme une mer dont l’eau s’échauffe et s’évapore,
Pour monter en nuage à la source du jour ;

Elle cherche partout dans l’art, dans la nature,
Le vase le plus saint pour y brûler l’encens.
Mais pour l’Être innomé quelle coupe assez pure ?
Et quelle âme ici-bas n’a profané ses sens ?