Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 1.djvu/539

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TREIZIÈME

MÉDITATION



LE LÉZARD




SUR LES RUINES DE ROME


1846


Un jour, seul dans le Colisée,
Ruine de l’orgueil romain,
Sur l’herbe de sang arrosée
Je m’assis, Tacite à la main.

Je lisais les crimes de Rome,
Et l’empire à l’encan vendu,
Et, pour élever un seul homme,
L’univers si bas descendu.