Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


IV


LA LAMPE DU TEMPLE


OU


L’ÂME PRÉSENTE À DIEU




 
Pâle lampe du sanctuaire,
Pourquoi dans l’ombre du saint lieu,
Inaperçue et solitaire,
Te consumes-tu devant Dieu ?

Ce n’est pas pour diriger l’aile
De la prière ou de l’amour,
Pour éclairer, faible étincelle,
L’œil de Celui qui fit le jour.