Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 2.djvu/522

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIX


POUR LE PREMIER JOUR DE L’ANNÉE




Des moments les heures sont nées,
Et les heures forment les jours,
Et les jours forment les années
Dont le siècle grossit son cours.


Mais toi seul, ô mon Dieu, par siècles tu mesures
Ce temps qui sous tes mains coule éternellement !
L’homme compte par jours ; tes courtes créatures
Pour naître et pour mourir ont assez d’un moment.