Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/129

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIV


CANTATE POUR LES ENFANTS


D’UNE MAISON DE CHARITÉ




RÉCITATIF




Le temple de Sion était dans le silence ;
Les saints hymnes dormaient sur les harpes de Dieu ;
Les foyers odorants que l’encensoir balance
S’éteignaient ; et l’encens, comme un nuage immense,
S’élevait en rampant sur les murs du saint lieu.

Les docteurs de la loi, les chefs de la prière,

Étaient assis dans leur orgueil ;

Sous leurs sourcils pensifs ils cachaient leur paupière,
Ou lançaient sur la foule un superbe coup d’œil ;