Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV


LA VOIX HUMAINE





À MADAME DE B***


Oui, je le crois quand je t’écoute,
L’harmonie est l’âme des cieux !

Et ces mondes flottants où s’élancent nos yeux
Sont suspendus sans chaîne à leur brillante voûte,
Réglés dans leur mesure et guidés dans leur route

Par des accords mélodieux.


L’antiquité l’a dit, et souvent son génie
Entendit dans la nuit leur lointaine harmonie.