Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/187

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII


AU ROSSIGNOL





 
Quand ta voix céleste prélude
Aux silences des belles nuits,
Barde ailé de ma solitude,
Tu ne sais pas que je te suis !

Tu ne sais pas que mon oreille,
Suspendue à ta douce voix,
De l’harmonieuse merveille
S’enivre longtemps sous les bois !