Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 3.djvu/217

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XII


LE SOLITAIRE




HYMNE





L’aube sur le rocher lance un trait de lumière ;
L’oiseau chante avant moi : « Béni soit le Seigneur ! »

Ce nom est plus tôt dans mon cœur
Que le jour n’est dans ma paupière.


Je disais autrefois : « Que ferai-je aujourd’hui ? »
Et la gloire, et l’amour, et mes vaines pensées,
Disputaient au réveil mes heures insensées;
Mais le cœur me disait : « Tous les jours sont à lui ! »