Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 32.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18

les lacunes d’un mauvais acte qui remplit la scène sans la passionner. Tous les autres personnages ont concouru à l’œuvre avec zèle et désintéressement d’amour-propre, dans la proportion de leurs trop faibles rôles. Un compositeur intelligent et sensible a associé la musique aux vers ; il a trouve des notes qui préludaient merveilleusement aux émotions que j’aurais voulu produire ; enfin, le théâtre a véritablement protégé l’écrivain. Mon seul mérite est de l’avouer. Je dois au théâtre de la Porte-Saint-Martin de la reconnaissance ; le public lui doit de l’estime ; les spectateurs et les lecteurs ne me doivent à moi que le pardon.

Paris, 15 avril 1850.