Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 32.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ACTE PREMIER


Aux Gonaïves, près du Port-au-Prince. On voit une habitation en ruine sur les flancs élevés d’un morne qui domine une rade ; Non loin de là un camp de nègres insurgés Des ordonnances, vont et viennent Une petite lumière brille seule à travers la fenêtre haute d’une tour où travaille Toussaint Louverture. La mer, éclairée par la lune, se déroule l’horizon. Il est presque nuit.

SCÈNE  PREMIÈRE

ADRIENNE, LUCIE, SAMUEL, ANNAH, NINA,blancs,
mulâtres, nègres, négresses.
À droite, aux sons du fifre, du tambourin et des castagnettes espagnoles, de jeunes négresses et de jeunes mulâtresses groupées çà et là sur la scène sont oçcupées il effeuiller et à rompre des cannes à sucre.
À gauche, Samuel, instituteur des noirs, assis sur les marches d’une fontaine, entouré d’un groupe d’enfants mulàtres, blancs, noirs, de douze à quinze ans, leur fait épeler à voix basse un livre sur ses genoux, du bout de son doigt. Les enfants paraissent charmés et attentifs.
ANNAH, s’approchant de Samuel.

Pourquoi donc, Samuel, au milieu de nos fêtes,
De ces pauvres enfants courbant ainsi les têtes,