Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 32.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
TOUSSAINT LOUVERTURE.

De la lèvre et du doigt leur épeler tout bas
Ces grimoires encor qu’ils ne comprennent pas ?
De quels savants ennuis charges-tu leur mémoire ?
Que leur enseignes-tu ?

SAMUEL.
La Marseillaise noire !
ANNAH.

La Marseillaise blanche a guidé les Français
Aux combats ; mais les noirs, grâce à Dieu, sont en paix !

SAMUEL.

Aussi de Pair sacré le noir changea la corde,
Le chant des blancs dit guerre ! et le nôtre concorde !
Au cœur de tous les noirs soufflant l’humanité,
C’est un hymne d’amour et de fraternité.
Le sang a-t-il donc seul une voix sur la terre ?
Écoute Let vous, enfants, retenez !

À Annah, en lui montrant ses compagnes qui causent
et chantent à demi-voix.
Fais-les taire !
Il récite les trois couplets et fait chanter le refrain aux enfants.
Les jeunes filles y mêlent leurs voix peu à peu.
LA MARSEILLAISE NOIRE
I

Enfants des noirs, proscrits du monde,
Pauvre chair changée en troupeau,
Qui de vous-même, race immonde,
Portez le deuil sur votre peau !
Relevez du sol votre tête,
Osez réclamer en tout lieu
Des femmes, des enfants, un Dieu :
Le nom d’homme est votre conquête !