Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



RÉCIT


DE


FATALLA SAYEGHIR




À l’âge de dix-huit ans, je partis d’Alep, ma patrie, avec un fonds de marchandises, pour aller m’établir en Chypre. Ayant été assez heureux la première année dans mes opérations commerciales, j’y pris goût, et j’eus la fatale idée de faire pour Trieste un chargement des productions de l’île. En peu de temps mes marchandises furent embarquées. Elles consistaient en coton, soie, vins, éponges et coloquintes. Le 18 mars 1809, mon bâtiment, commandé par le capitaine Chefalinati, mit à la voile. Déjà je calculais les avantages de ma spéculation, et me réjouissais