Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


transvasement d’une poésie dans une autre poésie. La main délicate d’une femme pouvait seule cueillir et transplanter sans les flétrir, dans une langue étrangère, ces fleurs sauvages du Danube.