Page:Lamartine - Œuvres complètes de Lamartine, tome 8.djvu/455

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

» N’est point un miroir où je puisse t’apparaître !
» Je ne suis pas un être, ô mon fils ! Je suis l’Être !
» Plonge dans ma hauteur et dans ma profondeur,
» Et conclus ma sagesse en pensant ma grandeur !
» Tu creuseras en vain le ciel, la mer, la terre,
» Pour m’y trouver un nom ; je n’en ai qu’un… Mystère.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

» — Ô Mystère ! lui dis-je, eh bien ! sois donc ma foi…
» Mystère, ô saint rapport du Créateur à moi !
» Plus tes gouffres sont noirs, moins ils me sont funèbres,
» J’en relève mon front ébloui de ténèbres !
» Quand l’astre à l’horizon retire sa splendeur,
» L’immensité de l’ombre atteste sa grandeur !
» À cette obscurité notre foi se mesure,
» Plus l’objet est divin, plus l’image est obscure.
» Je renonce à chercher des yeux, des mains, des bras,
» Et je dis : C’est bien toi, car je ne te vois pas ! »

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·