Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

à Monsieur Gagnon, de Québec, pour sa collection, mais celui-ci a préféré sacrifier vingt mille dollars pour la vendre aux Pères de Saint-Sulpice, de Montréal, afin qu’elle puisse demeurer en terre canadienne.

La collection Gagnon est riche en autographes de Champlain et autres fondateurs de la colonie française au Canada, mais le prix reçu pour le nombre de volumes ($30,000) était hors de proportion comparativement à ma collection vu le grand nombre de duplicatas qui y étaient contenus.

N’empêche que cette collection était la plus riche qui existât en ce pays.

Une autre magnifique et précieuse collection, la collection Mallet, a été achetée par l’Union St-Jean-Baptiste, de Woonsocket. R.-I., et a été placée au collège des Assomptionnistes, à Worcester, Mass., où elle continue à s’augmenter, entourée de tous les soins que requiert sa valeur.

Tout peuple qui n’a pas d’histoire est un corps sans âme et, pour nous, ces collections parsemées ici et là, si riches en histoire de notre pays, serviront toujours à démentir les dénigreurs de notre race et de nos traditions.

Je suis parfaitement convaincu que ma collection a déjà rendu d’appréciables services et qu’elle est appelée à en rendre encore bien d’autres dans l’avenir.

Des lettres très flatteuses ont été écrites par


42