Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

restaurée par Mgr Guertin, il n’y a pas longtemps. Le Père Barber était marié avant sa conversion. Lorsqu’il se fit prêtre, sa femme s’en alla chez les religieuses Visitandines, à Georgetown, trois de ses filles entrèrent chez les Ursulines, à Québec et Trois-Rivières, et la quatrième s’en fut trouver sa mère à Georgetown.

N’est-ce pas que tout cela est intéressant ? Le français possède en quelque sorte des droits historiques dans notre État, par le fait que les Canadiens français ont aidé de leurs deniers à bâtir l’église-mère qui, durant les années à suivre, devait rallier autour de son clocher tant de nos compatriotes.

Adolphe Robert.