Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

par ce petit volume. Devant la lettre de Mère Marie de l’Incarnation, il n’a pu s’empêcher de dire : « Quelle richesse ! Quelle richesse vous avez là. »

Ces paroles : « Quelle richesse ! » ont été dites par plusieurs ; elles ont été prononcées aussi par Henri Bourassa qui, sur invitation de la ligue du Ralliement Français en Amérique, était venu faire une série de conférences dans les principales villes des États de la Nouvelle-Angleterre.

L’auteur de « La Langue Gardienne de la Foi » et de tant d’autres publications de mérite, cet écrivain et journaliste de renom avait été demandé pour nous parler des droits du français, de la langue française et du privilège pour les Canadiens français de vivre et de garder leurs traditions.

L’orateur était éloquent, le sujet traité était patriotique, par conséquent il n’y avait rien concernant la politique.

Malgré tout, sa venue donna lieu à un incident des plus regrettables. À la nouvelle que M. Henri Bourassa venait parler à Manchester, un certain Dr L…, dont il est mieux de taire le nom, avait pris feu.

C’était un de ces êtres qui nourrissent toujours une rage sournoise contre ceux qui ne pratiquent pas la liberté, la fraternité et l’égalité de la même manière qu’eux et qui croient avoir la latitude de traiter en parias ceux qui ne pensent pas en leur sens.


58