Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

Cet homme approuvait hautement les inqualifiables attentats commis contre Henri Bourassa à St-Roch de Québec et à St-Hyacinthe.

C’était un admirateur sans restriction d’un régime néfaste, sous lequel tous les droits des Canadiens français ont été sacrifiés, sous lequel toute influence religieuse à Rome ou en France a été vendue à un élément étranger.

C’était, enfin, un de ceux qui se seraient réjouis si les Anglais avaient fusillé cet homme de passage en Angleterre ou de retour du continent européen.

Il y avait de ces têtes chaudes lorsque les Anglais firent brûler Jeanne d’Arc sur le bûcher.

Est-ce que l’Angleterre s’est gênée pour disperser les Acadiens, pour exiler Napoléon à Ste-Hélène ?

S’est-elle gênée envers les patriotes de 1837 ou envers Louis Riel ?

S’il y avait eu traîtrise chez Bourassa, l’Angleterre ne se serait pas fait plus de scrupules de le punir en conséquence.

Contrairement à cela, les Anglais admirèrent le génie et le courage de cet homme, sa grande éloquence et son talent d’écrivain.

Il n’y a que les orangistes et les enragistes du


59