Page:Lambert - Journal d'un bibliophile, 1927.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
JOURNAL D’UN BIBLIOPHILE

sommeillait, drapée dans le manteau de l’insouciance et de la vanité.

Elle n’avait rien à dire pour les souffrances et les persécutions endurées par les siens, hors des limites de la province.

Hors de la province, cependant, les esprits étaient montés et la « Revue Franco-Américaine » bataillait vaillamment.

Le but de faire connaître les accapareurs était atteint, lorsque parut un sauveur, dans la personne du regretté Cardinal Bégin.

Par son tact, sa sagesse, sa fine diplomatie, agissant sans ostentation et sans bruit, il eut vite fait comprendre à Rome la fausse position qu’on nous faisait tenir comme peuple et comme chrétiens.

En France, le clergé français se remit à nous regarder comme des frères perdus, il est vrai, mais retrouvés et estimés.

Pour plusieurs, leurs yeux et leurs oreilles se sont ouverts ; qu’il en soit toujours ainsi, car c’est la paix qu’il faut et non la guerre.