Page:Lange - Histoire du matérialisme, Pommerol, 1877, tome 1.djvu/351

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



QUATRIÈME PARTIE

LE MATÉRIALISME DU XVIIIe SIÈCLE


CHAPITRE PREMIER

Influence du matérialisme sur la France et l’Allemagne.


L’Angleterre est le pays classique du matérialisme et du mélange des idées religieuses et matérialistes. — Matérialistes anglais du XVIIIe siècle : Hartley ; — Priestley. — Le scepticisme en France ; la Mothe le Vayer ; — Pierre Bayle. — Commencement de relations intellectuelles entre l’Angleterre et la France. — Voltaire ; — ses efforts pour faire prévaloir le système de Newton ; — son attitude vis-à-vis du matérialisme. — Shaftesbury. — Diderot ; ses relations avec le matérialisme, il s’attache à Robinet qui modifie le matérialisme. — État intellectuel de l’Allemagne. — Influence de Descartes et de Spinoza. — Influence des Anglais. — La Correspondance sur l’essence de l’âme. — Diverses traces de matérialisme.


Le matérialisme moderne s’organisa sans doute en système pour la première fois en France, mais l’Angleterre n’en fut pas moins la terre classique de la conception matérialiste du monde. Le terrain y avait été préparé déjà par Roger Bacon et par Occam ; Bacon de Verulam, à qui, pour arriver au matérialisme, il ne fallait qu’un peu plus de logique et de clarté, fut tout à fait l’homme de son temps et de sa nation ; et Hobbes, le plus logique des matérialistes modernes, dut pour le moins autant il ses traditions anglaises qu’aux exem-