Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
138
SOUVENIRS POLITIQUES

La démission de M. Letellier a marqué un tournant dans l’histoire de ce pays. Le ministère anglais de l’époque, en sacrifiant M. Letellier a-t-il bien aperçu les conséquences de sa décision ? Car, il anéantissait du coup la dernière prétention de l’Angleterre à gouverner ses colonies d’Amérique. M. Justin McCarthy, ancien député aux Communes anglaises et littérateur distingué, à très bien fait ressortir la chose dans son History of Our Own Times, en parlant du coup d’État de 1878 :

« Lord Lorne s’opposa à la démission en vertu du principe que si le Gouverneur-Général nommait les Lieutenants-Gouverneurs sur l’avis de ses ministres, il n’en était pas de même de leur démission qui était du ressort de sa décision personnelle seulement. Cette prétention semblait être autorisée par les termes de l’acte du Dominion, mais sur l’appel de Lord Lorne au Secrétaire des Colonies, Sir Michaël Hicks Beach, ce dernier lui conseilla de se soumettre au désir de ses ministres. Du coup, le gouvernement impérial enlevait tout au représentant de la Couronne, sauf un simulacre d’autorité. Il faisait de lui, ce qu’il devrait être en réalité, mais ce qui n’était pas l’intention à l’époque où la Confédération a été établie, une simple figure de parade pour le Dominion, le porte-parole de la Législature canadienne. Obéissant à l’avis du Secrétaire des