Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
SOUVENIRS POLITIQUES

Nord, et le chef de la bande s’appelle de son vrai nom Louis-Adélard Senécal.

« Quand M. Chapleau entreprit de rétablir notre position financière, il déclara, et tout le monde fut d’accord avec lui, que c’était surtout sur les ressources du chemin de fer du Nord qu’il fallait compter. C’était principalement pour la construction du chemin de fer que la dette publique avait été contractée ; il était à la fois de bonne politique et de bonne administration de tirer de ce chemin tout ce qu’il était possible d’en obtenir. Il était important pour cela de mettre à la tête de l’administration du chemin un homme d’une haute capacité financière et d’une intégrité reconnue. L’homme choisi par M. Chapleau fut M. L.-A. Senécal.

… « L’administration du chemin de fer du Nord, c’est le vol érigé en système. Que personne ne se récrie ; le mot que nous employons n’implique ni violence de langage, ni irritation d’humeur. Nous ne faisons qu’appeler les choses par leur nom.

… « Nous nous attendons bien que notre langage sera relevé avec violence par les journaux serviles, nous sommes préparés pour ces attaques. M. Senécal et sa bande, entraînés par la fièvre de leurs spéculations véreuses, n’ont pas su, depuis quelque temps envelopper leurs opérations de ce mystère dont ils les en-