Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
183
SOUVENIRS POLITIQUES

de ses actes politiques, un article impitoyable…

« Eh bien ! C’est fait !

M. Chapleau est un des hommes des mieux doués sous le rapport de l’intelligence. Malheureusement, son entourage, les entrainement du siècle, des succès trop prompts et surtout trop faciles, la louange excessive, l’exagération outrée que l’on a faite de ses exploits politiques ; tout cela a exercé sur lui une influence des plus pernicieuses.

Trop tôt, hélas ! l’égoisme avec ses funestes inspirations a pris chez lui la place du dévouement.

Qu’a-t-il été, en effet, pour le parti conservateur, depuis qu’il en a assumé la direction ?

Un général qui introduit les chefs ennemis dans la citadelle, livre ses places fortes à l’ennemi, ou les démolit !

Mitraille ses plus vaillants soldats, bannit de l’armée ses compagnons d’armes les plus dévoués, mine l’autorité des vieux généraux !

Troque son drapeau contre la première guénille venue, fusille ses meilleurs officiers ou les dégrade, recrute son état major parmi les chefs ennemis !

Brocante, avec des agioteurs, les biens de la nation, leur livre la caisse publique, leur