Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
184
SOUVENIRS POLITIQUES

vend même pour de l’or la dernière ration du soldat.

Et tout cela ! au nom de la discipline !

Faut-il pour être conservateur, sanctionner ce que nous croyons être une politique malhonnête ?

Faut-il approuver l’escamotage du chemin de fer du Nord, l’obtention des chartes publiques par corruption, l’entrée de transfuges politiques dans les gouvernements conservateurs, l’ostracisme de nos plus valeureux chefs, le bannissement en masse des plus fidèles amis du parti, les spéculations honteuses sur la caisse publique, le gouvernement du pays par une misérable clique ?

Eh bien ! Si être conservateur signifie tout cela ; si nous en sommes arrivés à ce point de ne plus pouvoir honnêtement et honorablement appartenir au parti conservateur, nous le déclarons bien franchement, nous n’en sommes plus…

Que le parti conservateur dégage donc sa responsabilités des actes indignes que nous déplorons. Qu’il cesse de se laisser représenter par la clique dans le gouvernement du pays.

Pour cela, il faut que le Grand Homme reprenne vis-à-vis le parti l’attitude qui lui convient.