Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/191

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
198
SOUVENIRS POLITIQUES

resse conservatrice, — se trouvait ouvert par suite de l’annulation de l’élection de M. Leblanc. Mercier résolut d’y engager la lutte. Il fit choisir comme son candidat le Dr. Gaboury qui fut élu malgré les efforts de ses adversaires.

Les conservateurs, furieux de leur déconfiture, portèrent toutes sortes d’accusations contre M. Mercier, dans le but de ruiner l’influence dont il jouissait. Il sortit victorieux de toutes ces calomnies.

À ce moment là une élection avait lieu dans le comté de Jacques-Cartier ; M. Mousseau qui venait de perdre son siège était obligé de se présenter de nouveau devant ses électeurs. M. Mercier en profita pour le provoquer à le rencontrer devant une assemblée publique et à répéter ses accusations. L’assemblée fut convoquée pour le 6 septembre à St-Laurent où la population était hostile aux libéraux. Dans l’intervalle, M. Mercier tomba gravement malade : sa famille, son médecin et ses amis le sollicitèrent de ne pas se rendre à cette assemblée, de ne pas exposer sa vie. Il n’écouta personne et quitta son lit pour aller prendre part au duel politique qu’il avait provoqué. Son succès fut énorme. Je cède la parole à La Patrie que l’on ne soupçonnera pas de partialité à son égard :

… « Dès les premières paroles on sentit