Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
226
SOUVENIRS POLITIQUES

corrompent l’esprit, le cœur et les mœurs du pays, si une feuille catholique, ultrarnontaine, fait résolument opposition, en s’appuyant sur la plus stricte orthodoxie, à elle les menaces, et à la fin l’étranglement. »

Peut-on être plus ignorant ou plus malhonnête ? Peut-on insulter plus grossièrement les évêques et le clergé canadiens ? Les journaux qui ont voulu publier des romans immoraux ont été dénoncés par l’autorité ecclésiastique et ont dû disparaître. L’Électeur, accusé de libéralisme n’a-t-il pas été interdit par Mgr l’archevêque Bégin ? La Vérité, l’Étendard, journaux archi-ultramontains qui ont passé leur temps à morigéner les évêques ont-ils jamais été molestés ou supprimés ? Et, c’est en face de tout cela, que ce prélat, ignorant comme une carpe des choses de notre pays, a l’audace d’écrire de pareilles insanités !

Le biographe de M. Tardivel nous informe qu’il y a trois partis politiques chez nous : les rouges, les bleus et les blancs :

… « Les rouges ressemblent aux radicaux de France et forment l’aile gauche du parti libéral, tous ne sont pas francs-maçons, mais sont généralement imbus de l’esprit maçonnique. L’aile droite de ce même parti se compose de libéraux modérés, dans le genre de Mercier, naguère premier ministre de la province de Québec.