Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
228
SOUVENIRS POLITIQUES

justicier ultramontain. Écoutez bien avec quel respect il parle du représentant du Pape :

… Mgr Conroy avait été vain, il se perdit à la fin dans l’opinion du clergé et de tous les hommes bien pensants ; et, réserve faite de ses intentions, il est permis de dire qu’il ne passa au Canada que comme un complice du libéralisme, ou comme un étourdi, en tout cas, comme un fléau. »

J’ai cité un peu longuement peut-être les écrits de ce Mgr Fèvre parce qu’il me paraît le véritable type de cette école ultramontaine qui aurait voulu se substituer aux évêques et au clergé. Que serions-nous devenus si ces gens là avaient réussi à faire triompher leurs idées surannées ? Nous aurions eu la guerre religieuse et des discordes interminables. C’est le cardinal Taschereau, aidé, assisté des prêtres du Séminaire et de l’Université qui a détourné de nos têtes cet orage qui nous menaçait. Tous les vrais catholiques lui en conservent une reconnaissance bien méritée.