Page:Langelier - Souvenirs politiques, vol 1, 1909.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
230
SOUVENIRS POLITIQUES

rent qu’il devait se retirer puisqu’il n’avait pas la force nécessaire pour gouverner. M. Mousseau ne se fit pas illusion sur la situation ; il abandonna les rênes du pouvoir le 12 janvier 1884 pour occuper la position de juge à Rimouski devenue vacante par la mort soudaine du juge Alleyn.

Il fallait former un nouveau cabinet, et, dans les circonstances ce n’était pas chose facile, grâce à la division qui avait été créée dans le parti conservateur par la vente du Chemin de fer du Nord. L’élément Castor était alors à l’apogée de sa puissance ; c’était un facteur qui n’était pas à dédaigner. Quel était l’homme capable de concilier les deux factions ? L’hon. Rodrigue Masson, qui par son honorabilité, son expérience, sa fortune, jouissait d’un grand prestige, fut invité à former un gouvernement, mais il refusa cette tâche si difficile. Après bien des tâtonnements, le Lieutenant-Gouverneur Robitaille s’adressa au Dr Ross qui entreprit de former un ministère. L’opposition qu’il avait faite à la vente du chemin de fer lui assurait le bon vouloir des Castors. Pour se les concilier tout-à-fait, il s’engagea à faire une enquête sur la vente du chemin de fer et sur les circonstances qui l’avaient entourée. Cependant, il était incapable de se maintenir sans l’appui du parti Chapleau-Senécal, qui détestait cordialement les